COMMENT L'AFFIRMATION POSITIVE A CHANGÉ MA VIE

COMMENT L'AFFIRMATION POSITIVE A CHANGÉ MA VIE

Je dois t’avouer, auparavant j’étais très sceptique par rapport à tout ce qu’on appelle les intentions, les affirmations positives, ou encore la manifestation. 

 

Comment la répétition d’une phrase prononcée positivement pourrait changer quelque chose à ma vie?

 

Lors d’un atelier de pleine conscience, je me suis rendue compte que je me répétais très souvent un discours très négatif et assez violent à mon égard.

 

Imagine une personne qui t’insulte constamment et qui te répète : « Tu es laide, tu es grosse, tu es nulle, tu n’es pas assez, personne ne va t’aimer. » Ça sonne une cloche? Nous sommes nombreux à avoir des pensées de ce genre et l’impact peut être très limitant et destructeur. Cet impact est subtil, mais bien présent...


Je me suis donc dit que je n’avais rien à perdre à essayer ce concept d’affirmations positives… et j’étais beaucoup trop curieuse.

 

Cela m’a pris toute ma vulnérabilité. Il y a quelques années, lors d’une discussion au téléphone avec mon père, je lui ai confié avoir des idées suicidaires. Je revenais d’un long voyage où un accident de scooter avait mis ma vie en danger. J’étais clairement prise avec un choc post-traumatique et les médecins, comme seule prescription, m'avaient donné un beau papier pour que j’aille me chercher des anti-dépresseurs. Ce n’était pas une solution pour moi.  Mon père, très supportant, m'avait forcé à écrire sur une feuille de papier des affirmations pour contrer les idées noires qui me tournaient dans la tête pour ensuite la mettre sous mon oreiller. 

 

Je suis belle. Je suis capable. Je suis suffisante. Je suis aimable.


Au début, tout en écrivant ces phrases, je ressentais comme un dégoût. C’était tellement confrontant! Petit à petit, l’idée du bonheur est redevenue de plus en plus accessible. C’était étonnant. Après deux semaines, en me répétant ces affirmations chaque jour, j’ai ressenti un changement. J’ai commencé à être beaucoup plus ouverte aux pratiques de selfcare, aux approches alternatives da santé tout comme le yoga! À l’époque j’étais ergothérapeute fraîchement sortie de la maîtrise et juste pour te dire j’étais même une fan du pharmachien. À bien y repenser, c’est probablement cette ouverture et cet événement traumatique qui m’ont permis que je m’inscrive à une formation pour devenir professeur de yoga.


Aujourd’hui, je me sens tellement mieux! Quels sont donc les trois principales bienfaits que pratique a apporté à ma vie?

 

1) Je suis une bien meilleure amie pour moi-même que je ne l'étais auparavant!

2) Je suis beaucoup plus ouverte au bonheur, et maintenant, je sais que j’y ai droit en changeant mon discours intérieur!

3) Je sais que croire à mon potentiel me donne le courage et la permission de me lancer dans tous les projets dont je rêve!

 

En toute humilité, je pense que le bonheur est constamment challengé. L’affirmation positive reste un de mes plus grands alliés au quotidien et c’est pourquoi j’ai créé en collaboration avec mon ami illustrateur William de superbes cartes d’affirmations positives. À mon sens, c’est une habitude saine tellement facile à instaurer! Si cela peut aider ton inconscient, même juste augmenter ton bonheur de 10%, alors pourquoi pas? Sachant comment parfois notre mental peut nous brouiller dans la négativité, j’avais envie de créer un produit qui puisse offrir de la guidance. Ces belles phrases peuvent résonner de manière universelle pour quiconque désire tester cette médecine douce! Je tiens également à préciser à tous ceux qui lisent, on a le droit d’être négatif aussi, de ne pas bien aller et de trouver les choses difficiles! L’idée ici est simplement de laisser tomber les croyances limitantes, celles qui t’empêchent de croire en toi, celles qui te font du mal au quotidien! 


Wow, écrire cet article, pour être franche, est un beau rappel pour moi! Ça me donne envie d’écrire de nouvelles affirmations en lien avec mes nouveaux challenges personnels. 


As-tu envie toi aussi de changer ton narratif interne?

.

Article par Claudine Langlois 

Édité par Laurence Boisseau

Corrigé par Vanessa Serhan